•  
  •  
 

Abstract

Competence in written scientific communication is an important learning outcome of undergraduate science degrees. Writing helps students learn, encourages them to think creatively and critically about their learning, and trains them in communicating their insights as disciplinary experts. However, challenges exist in incorporating writing assignments into large undergraduate science classes, including lack of student engagement and difficulty in providing effective and personalized formative feedback to large numbers of students. Engagement and feedback are especially important for developing writing skills, which require active, reflective, critical attention on the learner’s part: it would be very useful if one mechanism could enhance both.

We recently integrated audio feedback into the stages of a term-long, multi-part scientific literacy assignment in a large undergraduate biology class at the University of Toronto Mississauga, using it for formative purposes at early stages of the assignment. In order to determine the utility and effect of the audio feedback, we collected data from both teaching assistants (TAs) and students. In general, students felt audio feedback was constructive and engaging, and both TAs and students commented that audio feedback was more personal than written feedback. However, TAs noted that it took longer for them to give audio feedback compared with written feedback, and that they encountered technical issues with emailing audio feedback to the students. Overall, the response to audio feedback from both students and TAs suggested that this approach is logistically feasible and might aid in overcoming the disengagement that is often found in large introductory courses.

La compétence en communication scientifique écrite est un résultat d’apprentissage important dans le cadre des diplômes en sciences au niveau du premier cycle. L’écriture aide les étudiants à apprendre, les encourage à réfléchir avec créativité et sens critique à propos de leur apprentissage et leur donne la formation nécessaire pour communiquer leurs idées en tant qu’experts dans leur discipline. Toutefois, il existe un certain nombre de défis dans le cas de grandes classes de sciences au niveau du premier cycle quand il s’agit d’y incorporer les travaux écrits, entre autres la participation des étudiants et les difficultés à donner à un grand nombre d’étudiants des rétroactions formatives personnalisées. La participation et les rétroactions sont des éléments particulièrement importants pour que les apprenants développent des compétences en écriture, qui exigent de leur part une attention active, réflective et critique. Il serait donc très utile si un mécanisme pouvait inclure ces deux éléments.

Nous avons récemment intégré la rétroaction audio dans les diverses étapes de travaux de longue haleine à parties multiples portant sur des connaissances scientifiques dans une grande classe de biologie de premier cycle à l’Université de Toronto Mississauga, avec un objectif formatif dès les premières étapes des travaux. Afin de déterminer l’utilité et les effets de la rétraction audio, nous avons recueilli des données auprès des chargés de cours et des étudiants. En général, les étudiants ont déclaré que la rétroaction audio était constructive et favorisait la participation, et tant les chargés de cours que les étudiants ont indiqué que la rétroaction audio était davantage personnelle que la rétroaction écrite. Toutefois, les chargés de cours ont fait remarquer que cela leur prenait davantage de temps de donner une rétroaction audio qu’une rétroaction écrite et qu’ils avaient eu des problèmes techniques pour envoyer par courriel à leurs étudiants les rétroactions audio. En général, la réaction à la rétroaction audio tant de la part des chargés de cours que des étudiants suggère que cette approche est logistiquement réalisable et pourrait aider à relever le défi d’absence de participation souvent présent dans les cours d’introduction offerts à un très grand nombre d’étudiants.

Share

COinS