Location of Thesis Examination

Room 107 Natural Science Center

Degree

Doctor of Philosophy

Program

French

Supervisor

Prof. Arlette Chemain & Dr. Servanne Woodward.

Abstract

Résumé et mots-clés. Notre travail s’articule autour de trois grands axes. L’analyse des trois parties de notre thèse a cherché à montrer comment s’opère ce que nous avons nommé mutations et glissements du roman français au roman africain francophone au fur et à mesure que les auteurs de notre corpus se démarquent des normes d’écriture imposées. La première partie révèle comment les écrivains francophones africains tirent profit de leur héritage culturel tant traditionnel qu’occidental pour mettre en œuvre une esthétique d’écriture tout à fait originale. Cette nouvelle forme d’écriture, qui tranche d’avec ce qui est érigé comme préceptes à la fois esthétiques et éthiques à suivre par les autorités académiques, constitue un moyen efficace pour les auteurs de notre corpus dans leur projet de société. Car la subversion syntaxique et parfois phonétique leur permet de « nommer les choses par leur nom », de s’approprier la langue française et de tourner en dérision le pouvoir aussi bien politique que religieux pour mieux éclairer la société et la faire prendre conscience de sa responsabilité face aux défis quotidiens. Animés par cette volonté de dénoncer les abus politiques et religieux et le besoin impérieux d’extirper les superstitions de la mentalité des gens afin de fonder une nouvelle société apte à prendre son destin en main, les idées disséminées dans ces romans francophones font écho aux concepts du siècle des Lumières. En effet, comme les penseurs du 18e siècle qui ont vulgarisé des idées nouvelles ayant abouti à une transformation radicale de la société, ces auteurs francophones africains de notre corpus portent un regard critique sur la société ainsi que sur les nouveaux dirigeants africains bien des décennies après les Indépendances. Les auteurs du siècle des Lumières comme ceux d’aujourd’hui ne sont pas exempts de poursuites ni de menaces judiciaires et économiques. Non seulement, les écrivains ont-ils à s’inquiéter des autorités, mais ils peuvent être ennemis les uns des autres aussi. Et c’est ce qui a attiré notre attention dans la deuxième partie du travail sur la confrontation sans merci entre les écrivains et le Pouvoir. Enfin, dans la troisième partie, il s’agit du traitement de la transgression éthico-religieuse. L’intention de ces auteurs est de dévoiler l’hypocrisie, la corruption et la dépravation de ceux qui prétendent incarner la morale, la pureté, mais en même temps inviter leurs lecteurs à bien profiter du moment présent pour bâtir l’avenir. Mots-clés : écriture, esthétique, éthique, idéologie, subversion, normes, religion, pouvoir, savoir, superstition, préjugé, tradition, modernité, langue, langage, convergence.