Electronic Thesis and Dissertation Repository

Degree

Doctor of Philosophy

Program

French

Supervisor

Anthony Purdy

Abstract

Cette thèse a comme objet la mise en discours de l’imaginaire musical défini comme un ensemble de figures et schémas à travers lesquels se fait jour la signifiance associée à la parole venant rendre compte de l’harmonie sonore. Ainsi envisagé, l’imaginaire musical entre en jeu au moment où le sujet donne libre cours à ses rêveries afin de représenter son saisissement au contact avec les sons. Il se présente, autrement, dit, comme un lieu de négociation entre l’« indicibilité » de la musique et la tentation d’exprimer les sensations et les émotions qu’elle suscite.

Quant à l’approche, elle est de nature thématico-anthropologique. Le postulat sur lequel elle se fonde consiste à considérer que les représentations nées de la rencontre entre la subjectivité et la musique ne sont jamais purement individuelles, mais qu’elles préservent bon nombre d’archétypes propres à la pensée mythique. Dans le sillage des travaux de G. Bachelard, C. G. Jung, G. Durand et F.-B. Mâche, cette approche de l’imaginaire concerne avant tout les assises transindividuelles de celui-ci.

Les romans qui servent de corpus, tout en se rattachant à la littérature contemporaine (Michel Tournier, Jean-Marie Gustave Le Clézio et Pascal Quignard), n’impliquent aucune limitation du propos ni à ces écrivains ni à cette période précise. Au fait, les observations dégagées valent pour la littérature moderne en général, bien que les inflexions particulières de l’imaginaire musical s’y manifestent bien sûr selon les auteurs et les circonstances historiques. C’est au paradigme esthétique et philosophique né avec les germes du romantisme et adopté ultérieurement par différentes tendances de la modernité qu’appartient l’aménagement discursif de l’imaginaire musical. Au point de vue historique, il a fallu que l’imagination prenne le dessus sur le logos pour que le mystère musical ait droit de cité dans le discours.


Share

COinS