•  
  •  
 

DOI

http://dx.doi.org/10.5206/cjsotl-rcacea.2016.2.4

Abstract

This article of linked, short essays reflecting on the experiences of five female scholars across three disciplines — law, social work and political science - draws upon Britzman’s (1991) notion of the “dialogic discourse” to explore how these professors’ sense of self is constituted through interplay with colleagues and their perceptions of students within the classroom. The authors explore the teacher/learner relationship as a dialogue within which learners and educators shape each other as they come to understand how and what they know. What the collection makes explicit is what is often only implicit, that the ways in which professors understand their practices and subjective self is central to the identity of “a professor”, which is never stable or certain, but is always a creative practice. Such practices, we argue, are best sustained through collegial reflective practices that help us make sense of ourselves and continue our work.

Cet article consiste de courts essais reliés entre eux qui relatent les expériences de cinq professeures érudites qui oeuvrent dans trois disciplines différentes : le droit, le travail social et les sciences politiques. Il est basé sur la notion de « discours dialogique » de Britzman (1991) qui permet d’explorer comment la conscience de soi de ces professeures s’est constituée à travers leurs interactions avec leurs collègues et leurs perceptions des étudiants dans la salle de classe. Les auteures explorent les relations entre enseignants et apprenants sous forme de dialogues au sein desquels les apprenants et les éducateurs se façonnent les uns les autres au fur et à mesure qu’ils comprennent comment ils apprennent et ce qu’ils ont appris. Ce que la collection rend explicite est ce qui est souvent seulement implicite, à savoir que les diverses manières dont les professeurs comprennent leurs pratiques et leur moi subjectif sont au centre de l’identité d’un « professeur », qui n’est jamais stable ni certaine mais qui est toujours une pratique créatrice. Nous suggérons que de telles pratiques sont plus durables par le biais de pratiques réflectives collégiales qui nous aident à nous donner un sens à nous-mêmes et nous permettent de continuer à travailler.