Electronic Thesis and Dissertation Repository

Degree

Doctor of Philosophy

Program

French

Supervisor(s)

Laté Lawson-Hellu; Sada Niang

Abstract

Le présent travail porte sur une série de questions liées au transfert de formes narratives et expressives, d’un médium à un autre, d’un texte ou contexte à un autre. On suit un parcours se déclinant en deux mouvements : parti d’une discussion des théories de l’adaptation, de la réécriture, et des recherches sur la littérature orale, on en arrive à l’étude des pratiques effectives de la transposition et de l’autoadaptation. La Première Partie, « Discussions Théoriques », est consacrée à la littérature critique sur l’adaptation, y compris ses récents prolongements postmodernes et postcoloniaux. Dans la Deuxième Partie, « Études Pratiques I », on se penche sur le cas classique des réécritures littéraire et filmique de l’épopée mandingue, notamment dans le film Keïta ! L’héritage du griot, de Dani Kouyaté.

Avec la Troisième Partie, « Études Pratiques II », on entre de plain-pied dans le milieu d’interdépendance sémiotique des autoadaptations d’Ousmane Sembène. Ici, on éprouve la portée et les limites d’une conception modulaire de l’adaptation, où les rapports entre littérature et cinéma sont régis par une logique du décuplement : le blowup de la nouvelle en film de fiction long ou moyen métrage. Mais on tente aussi de montrer dans quelle mesure le déplacement sémiotique n’obéit pas seulement à une logique expérimentale des puissances de l’un ou l’autre médium, comme dans La Noire de… et Mandabi, mais à une logique instrumentale de leurs usages. Textes, images, paroles, musiques, bruits, voire silences, revêtent alors une valeur praxique : l’activation d’un procès de questionnement sur la signification sociale de la fable (Xala) ou de la légende (Guelwaar).