•  
  •  
 

DOI

http://dx.doi.org/10.5206/cjsotl-rcacea.2015.2.4

Abstract

This essay explores how print media conceals implicit hegemonic texts that common readers unsuspectingly tend to internalize. These geopolitically infused texts are set to appropriate the reader’s worldviews by sublimating the kind of perceptions and notions they want to promote. This paper raises questions and awareness about how academia responds to these acts of internalization. These geopolitical texts, which dominate most of the print media and other resources, function at an imperceptible level to legitimize presuppositions and mould the world based on its own political imaginaries. To decode and interpret these largely shrewd texts requires a literacy skill that students need to acquire in different academic disciplines. This essay, therefore, explores how print media, such as newspapers and comics, attempts to legitimize knowledge through reports and stories that work at the subliminal level. Since all readers, students, instructors or researchers are vulnerable observers (Behar, 1996), because of our fallible human nature, the act of internalizing mediascaped knowledge becomes alarmingly simple and crucially effective on the way we are directed to perceive the world. By analogy, geopolitical texts are these id-instigated drives that the superego often suppresses and filters into dreams and fiction and yet they ominously somehow found their way out; they stealthily found expression and now they paint reality with their own biased colors. Can readers in the context be dream catchers?

Cet article explore la manière dont les médias écrits dissimulent les textes hégémoniques implicites que les lecteurs ordinaires semblent assimiler à leur insu. Ces textes géopolitiquement insufflés sont appelés à approprier la vision du monde des lecteurs en sublimant le type de perceptions et de notions qu’ils souhaitent promouvoir. Cet article soulève des questions et sensibilise l’opinion sur la manière dont le monde universitaire répond à ces actes d’assimilation. Ces textes géopolitiques, qui dominent la majorité des médias écrits et autres ressources, fonctionnent à un niveau imperceptible afin de légitimer les présuppositions et façonner le monde sur la base de son propre imaginaire politique. Pour décoder et interpréter ces textes hautement astucieux, il faut avoir des capacités de lecture que les étudiants doivent acquérir dans diverses disciplines universitaires. Par conséquent, cet article explore comment les médias écrits, tels que les journaux et les bandes dessinées, tentent de légitimer la connaissance par le biais de rapports et de récits qui agissent au niveau subliminal. Du fait que tous les lecteurs, tous les étudiants, tous les instructeurs ou tous les chercheurs sont des observateurs vulnérables (Behar, 1996), du fait de notre nature humaine faible, l’acte qui consiste à assimiler la connaissance du paysage médiatique devient dangereusement simple et extrêmement efficace sur la manière dont nous sommes poussés à percevoir le monde. Par analogie, les textes géopolitiques sont des volontés menées par le besoin d’identité que le super-ego réprime et filtre souvent pour en faire des rêves et des fictions, et pourtant, d’une manière ou d’une autre, ces volontés réussissent quand même à trouver leur chemin; elles ont furtivement trouvé comment s’exprimer et maintenant, elles dépeignent une réalité colorée de leurs propres préjugés. Est-ce que dans ce contexte, les lecteurs peuvent devenir des capteurs de rêves?


Share

COinS