•  
  •  
 

DOI

http://dx.doi.org/10.5206/cjsotl-rcacea.2015.1.2

Abstract

In recent years, the pressure for educators to cultivate civic participation among Canada’s apathetic youth voters has been mounting. Between 1998 and 2007, a national wave of curriculum reform introducing or enhancing civic engagement education occurred at the secondary level. In this study, we explore the role and place of civic engagement in the Canadian university curriculum. We have chosen to focus on curriculum in political science programs because calls to increase civic engagement originated with the goal of increasing participation in voting by young people, and because civic engagement is widely espoused as a central value in the discipline of political science. We report the findings of a national survey of politics instructors and their course syllabi regarding civic engagement as an intended learning outcome. Our analysis of the survey data involved a comparison of instructor responses with the assessment activities identified on their course syllabi. By analyzing the real and imagined audience(s) and purpose(s) of course assignments, we find that students are required to complete assignments that situate them within academic contexts involving academic purposes and audiences. The apparent conflict between civic education outcomes and academic assessment tasks relates to broader conversations about the purposes of political science education and higher education in general.

Au cours des dernières années, la pression s’accumule de plus en plus sur les épaules des éducateurs pour que ceux-ci encouragent la participation civique parmi les jeunes électeurs canadiens apathiques. Entre 1998 et 2007, une vague nationale de réformes des programmes d’études a permis d’introduire ou d’améliorer l’enseignement de l’engagement civique au niveau secondaire. Dans cette étude, nous explorons le rôle et la place de l’engagement civique dans les programmes d’études au niveau de l’enseignement post-secondaire. Nous avons choisi de nous concentrer sur les programmes d’études de sciences politiques car les demandes pour améliorer l’engagement civique venaient de l’objectif qui consistait à augmenter la participation à voter des jeunes électeurs, et également parce que l’engagement civique est largement adopté comme une valeur centrale en sciences politiques. Nous rapportons les résultats d’un sondage national mené auprès d’enseignants de sciences politiques et de leurs descriptions de cours en ce qui concerne l’engagement civique en tant que résultats d’apprentissage escomptés. Notre analyse des données recueillies implique une comparaison des réponses des enseignants avec les activités d’évaluation identifiées dans leurs descriptions de cours. En analysant le(s) public(s) réel(s) et imaginaire(s) ainsi que le(s) objectif(s) des travaux de cours, nous avons trouvé que les étudiants devaient compléter des travaux qui les plaçaient au sein de contextes académiques qui impliquaient des objectifs et des auditoires académiques. Le conflit apparent qui existe entre les résultats de l’éducation civique et de l’évaluation des tâches académiques se rapporte à des conversations plus vastes concernant l’objectif de l’enseignement des sciences politiques et à l’enseignement supérieur en général.


Share

COinS