•  
  •  
 

DOI

http://dx.doi.org/10.5206/cjsotl-rcacea.2011.2.3

Abstract

The rise of the research intensive university has led some critics to argue that teaching has been discounted in favour of research, and thus the academy has “failed...their undergraduate populations” (Boyer Commission, 1998, p .5). This paper examines instructor perceptions of inquiry at an institution with a significant history of providing inquiry learning opportunities to undergraduate students. Inquiry learning is typically seen as a pedagogical approach, both a method and a process, delivered in small class settings. Qualitative data were collected through interviews (n=16) with instructors who used inquiry in their teaching to elicit instructor perceptions of inquiry teaching. Content analysis was performed on the interviews to extract themes. Results suggest that instructors approached their inquiry teaching differently - some adopting an intentional and some an unintentional approach. There was general consensus that teaching and learning academic skills is valuable, inquiry instructors are facilitators, technology has only a modest place in the inquiry classroom, and larger classes inhibit inquiry. Responses were mixed about the importance of stand-alone inquiry courses. Teaching such courses appears to change the instructor’s perspective about inquiry.

L’augmentation des universités qui sont de plus en plus axées sur la recherche a soulevé quelques critiques à l’effet que l’enseignement ait été délaissé au profit de la recherche et que, conséquemment, les institutions d’enseignement ont « laissé tomber… leurs étudiants de premier cycle » (Boyer Commission 1998, p. 5). Le présent article porte sur la perception des enseignants d’un établissement qui préconise depuis longtemps des pratiques pédagogiques notamment la - méthode d’enquête- pour favoriser l’apprentissage de leurs étudiants de premier cycle. Cette méthode est généralement considérée comme une approche pédagogique qui se préoccupe tant de l’objet que du procesus d’apprentissage. Des entrevues réalisées auprès d’enseignants qui utilisent cette méthode ont permis de recueillir des données qualitatives (n=16) afin de savoir ce qu’ils en pensaient. Les chercheurs ont analysé le contenu des entrevues pour en extraire des thèmes. Les résultats indiquent que les enseignants abordent la méthode d’enquête de manière différente : certains adoptant une approche intentionnelle et d’autres une approche non intentionnelle. Les enseignants s’entendent sur les éléments suivants : l’enseignement et l’apprentissage des stratégies pédagogiques sont utiles, les enseignants qui utilisent la méthode d’enquête ont un rôle de facilitateur, la technologie n’occupe qu’une faible place dans la classe où cette méthode est appliquée et les classes nombreuses nuisent à cette méthode. Les avis sont partagées quant à l’utilisation de cette méthode dans les cours sans préalables. Le fait de donner ce type de cours semble modifier l’opinion de l’enseignant quant à cette méthode.

Share

COinS