•  
  •  
 

DOI

http://dx.doi.org/10.5206/cjsotl-rcacea.2010.2.3

Abstract

Social work education accreditation requires the completion of course work specifically around issues related to oppression and diversity within society. Educators offer a range of approaches to engage students in discussion about oppression and diversity from academic content and structured curriculum to reflective practice and experiential learning opportunities. The following describes a Master of Social Work course on oppression, social justice, and diversity offered at a western Canadian university that utilized a mixed method of teaching practices – including the creation of digital stories by the students in small groups. Beyond this description of the course content, students’ insight into the impact of using digital stories for their own learning and application to professional practice around issues of oppression and diversity is presented and discussed.

Pour être agréé comme travailleur social, il faut avoir suivi des cours axés sur les questions d’oppression et de diversité au sein de la société. Pour faire participer les étudiants, les éducateurs emploient diverses méthodes qui vont des discussions à partir d’un contenu universitaire à un programme d’enseignement structuré et utilisent une approche réflective ainsi que des occasions d’apprentissage expérientiel. L’article traite d’un cours de maîtrise en travail social sur l’oppression, la justice sociale et la diversité, offert dans une université de l’Ouest du Canada, qui utilise une méthode combinée de pratiques d’enseignement, y compris la création d’histoires digitales par les étudiants en petits groupes. En plus d’en décrire le contenu, l’article présente un aperçu de l’impact de l’utilisation de ces histoires sur l’apprentissage des étudiants et de son application aux pratiques professionnelles entourant les questions d’oppression et de diversité.


Share

COinS