•  
  •  
 

Abstract

Le sur-développement des pays du Nord fait planer sur le monde entier des menaces sans précédent. Les changements climatiques sont les signes avant-coureurs, à long, moyen ou court terme, de ces menaces. Aux prises directement avec les premiers impacts, les populations du Sud voient leurs multiples vulnérabilités s’accentuer. Si l’approche écologiste, après des décennies de combat, a finalement reçu l’attention des mondes politique et économique à propos des défis environnementaux, ces derniers ont adroitement opéré un virage conceptuel significatif : l’environnement et l’éducation relative à l’environnement (ERE) ont cédé la place au développement durable et à l’éducation au développement durable (EDD). Or, dans cette refonte conceptuelle, le modèle hégémonique du développement à l’occidental n’est pas remis en question. Il poursuit, entre autres, ses visées impérialistes en muselant toujours les cultures qu’il domine, tout en invalidant les savoirs dont elles sont porteuses. Il y a tout lieu de parler ici d’un racisme épistémologique. Ce texte propose quelques pistes de réflexion pour une rencontre des cultures en environnement où la justice sociale et la justice environnementale se conjuguent.

Unprecedented threats hover over the entire world as a result of overdevelopment of Northern countries. Climate changes are the long-, medium-, and short-term forerunners of these threats. In direct grip of the first impact of the problems, the people of the South witness an increase of their multiple vulnerabilities. After decades of struggles, if the ecological approach has finally received the attention of the political and economical world authorities regarding the environmental challenges, these latter have skilfully created a significant conceptual change of policy: the environment and education related to environment (ERE) have been replaced by sustainable development and education for sustainable development (ESD). However, in this conceptual remake, the hegemony of the Occidental development model was not challenged. So this model pursues, among other things, its imperialist designs by always silencing other cultures under its domination, while invalidating the knowledges embedded in these cultures. One can speak of an epistemological racism. This paper proposes some means of reflexion to create a meeting place between cultures on the environment where social justice and environmental justice can be of the same mind.

First Page

45

Last Page

70


Share

COinS